« Nous sommes en 1959, ma mère se procure un coupon pour se confectionner une robe pour son bal de conscrit, c’est l’année de ses 20 ans. Elle est encore en apprentissage chez ‘Madame Camille’ afin de devenir couturière, elle travaille avec le fils de cette dame qui crée des manteaux de fourrure. […]

Exposer cette robe permet à mes proches de faire revivre un peu de l’âme de ma mère et perpétuer son souvenir, je pense qu’elle serait fière de voir son travail exposé et apprécié. »

Valérie B.

Sources :

CHRONIQUES TEXTILES

Catalogue du Festival International des Textiles Extra ordinaires, 2012 MÉTAMORPHOSES

Catégories : CHRONIQUES TEXTILE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

CHRONIQUES TEXTILE

DEUX AO DAI

« Nous avons gardé ces deux Ao Dai, mon mari et moi, en souvenir de ma mère décédée dernièrement, et des liens qui la liaient et qui nous lient encore avec le Vietnam. Elle tenait beaucoup Lire la suite…